shape-decore
blog inner top
arrow-left
Maria Yeghiazaryan
Etats-Unis 2018 participant
24 Sep, 2018

Mon expérience de bénévole à Vanadzor

Maria Yeghiazaryan

Le 10 juillet, il faisait très chaud. J'ai assisté à ma journée d'orientation à Erevan avec Sevan, avant de me rendre à Vanadzor. Je suis arrivée cinq jours avant et j'ai passé du temps avec mon père que je n'avais pas vu depuis cinq ans. A l'instant où j'ai quitté le bureau de Birthright Armenia et que je suis entrée dans le taxi, mon expérience de volontaire a commencé.

Mon chauffeur, Perj, était un natif de Vanadzor qui avait beaucoup d'humour! Pendant deux heures et demi il a raconté beaucoup de blagues et expliqué l'histoire derrière chaque monument ou khachkar que nous croisions. Il avait tellement d'énergie et était plein de vie, que ma fatigue liée à la chaleur a complètement disparu. Une fois que nous sommes arrivés à Vanadzor, j'ai été fascinée par la beauté des montagnes et des vallées qui entourent la région de Lori. J'ai eu le sentiment que c'était pour moi le moment de tout rattraper, de prendre tout ce que l'Arménie avait à offrir et j'étais prête à complètement m'immerger dans la culture.

Vanadzor a une atmosphère magique et vraiment inexplicable, il faut le vivre soi-même. Être dans une telle ville, était unique pour plusieurs raisons. Premièrement, l'air frais est remarquable pour se réveiller tous les matins. Ensuite, les gens à Vanadzor sont très acceuillants et apprécient le travail qu'effectuent les bénévoles dans la ville. Même si beaucoup diraient qu'il n'y a pas "assez de choses à faire à Vanadzor", je ne suis pas d'accord parce que j'ai visité tellement de beaux endroits y compris des églises abandonnées, des terrains de foot, des monastères et plusieurs randonnées pour voir toute la ville et des parties de Spitak. Vanadzor était effectivement la bonne destination pour moi car c'est calme, serein et il y a une réelle hospitalité des gens que je rencontrais.

J'ai développé beaucoup de relations et de souvenir que dont je me souviendrai pour toujours et que je chérirai, à commencer par ma famille d'acceuil et mes collègues.

PS: Un jour, le courant a été coupé pendant trois heures lors de ma dernière semaine et cela m'a rappelé mon enfance dans les années 90. My famille d'acceuil et moi-même avons passé du temps dans le salon sous la lumière des bougies à lire “abu lala mahari”  et c'est une soirée que je n'oublierai jamais car elle a montré que dans notre culture on sort toujours le meilleur des pires situations, nous sommes forts. Au lieu de se plaindre, nous avons pris l'aspect positif de la coupure de courant et nous avons passé une super soirée ensemble.


check
Le message a été bien envoyé
close
check
close
check
Merci de vous être inscrits à notre newsletter
close
check
close