shape-decore
blog inner top
arrow-left
Anaheed Sarian
Australie participant
13 Mai, 2021

Une nouvelle découverte, la nouvelle Arménie que nous formons à jamais

Cela fait maintenant deux mois que je vis en Arménie. En effet, le temps passe vite quand on est occupé ou qu'on s'amuse, je n'aurais jamais pu imaginer un séjour aussi chargé et aventureux avant mon arrivée. Je suppose que c'est la sauce secrète qui fait tourner le moteur de Birthright, nous venons tous ici pour des raisons différentes. Pour quelqu'un comme moi, c'est la cinquième fois que je viens dans mon pays natal et pourtant, j'ai tant de projets sur ma liste et tant de merveilles à explorer que je ne sens pas le temps passer et que je ne pourrais jamais être vraiment satisfaite. Même nos excursions, que j'ai déjà faites pour la plupart, ont toujours une grande importance pour moi, car j'ai l'occasion d'explorer ces sites historiques et modernes avec mes nouveaux amis, qui font du bénévolat dans tout notre beau pays. Je pourrais passer un long moment à parler des fascinants volontaires que nous avons ici, venus des quatre coins du monde, mais en résumé, je dirai que c'est une expérience linguistique formidable ! :D

Explorer l'Arménie comme une personne locale

On pourrait dire que je suis avide de connaissances, peut-être aussi de gains personnels. Je pense que l'on peut dire sans se tromper que la majorité des volontaires actuels sont ici soit à cause de Covid-19 qui affecte nos carrières, soit en réponse à cette guerre dévastatrice et injuste, plus exactement un mélange des deux. Mes journées à Gyumri sont remplies de conversations. Je pense que parler avec les chauffeurs de taxi, le personnel des hôtels, les collègues, les familles d'accueil, les propriétaires d'entreprises, etc. est mon meilleur outil de changement. Je trouve que cela m'aide à me forger un point de vue global sur des questions délicates, mais aussi à montrer aux habitants avec lesquels j'interagis que je me soucie d'eux. J'écoute ce qu'ils ressentent, même sur les sujets les plus banals et les plus difficiles. Si je pouvais encourager quelqu'un qui lit ceci à venir en Arménie ou à se concentrer sur une seule tâche ici, ce serait cela. Il y a une richesse d'informations que nous n'avons pas la possibilité d'apprendre de chez nous, dans la diaspora, alors cela vaut vraiment la peine de sortir de sa propre tête et d'apprendre quelques vérités vitales.

Possibilités de volontariat en Arménie

Ce que je recherche, en tant que volontaire Birthright de 28 ans, parlant couramment la langue... La plupart du temps, je n'arrive pas à formuler la réponse. Je cherche à compléter mon objectif. Je cherche à apprendre ce que je peux faire, dans un monde où la pandémie nous change clairement, nous obligeant à reconsidérer tout ce que nous savons être réel et à innover réellement avec ce qui reste. Par ailleurs, je cherche ce que je peux vraiment faire pour changer le statut de ma maison ancestrale gravement endommagée. Ce que fait la majorité de notre diaspora n'est pas suffisant. Nous savons que l'étape qui suit le don est un appel à l'action. Oui, nous pouvons soutenir de loin avec de l'argent, mais comme le dit le proverbe, il vaut mieux apprendre à quelqu'un à pêcher que lui donner un poisson. C'est là que le fossé s'est creusé depuis trop longtemps, et la guerre m'a vraiment fait comprendre que je ne pouvais plus remettre à plus tard mon rôle de volontaire. J'enseigne donc à des jeunes femmes, depuis deux mois, tout ce que j'ai appris à l'université sur la création de modèles et la fabrication de vêtements, les incitant à considérer les arts textiles non pas comme un passe-temps mais comme une pratique commerciale créative. J'essaie de trouver des moyens de soutenir les entreprises de mode locales afin qu'elles puissent se développer, employer plus de personnel et générer plus de revenus. Je m'investis totalement dans la réussite de mes missions de volontariat ! J'enseigne parfois l'anglais, ce qui, contre toute attente, est très difficile à faire ! En tout, je constate qu'il y a un moyen, un chemin où la diaspora et les Arméniens locaux peuvent travailler ensemble, ni au-dessus ni au-dessous l'un de l'autre, pour atteindre des résultats qui seront vraiment récompensés. Si chaque jour ici peut susciter de nouvelles questions et de nouvelles perturbations, il peut aussi apporter de nouveaux fruits - une nouvelle découverte, et la nouvelle Arménie que nous formons pour toujours. J'ai hâte de raconter mon histoire et celle des personnes qui ont contribué à façonner non seulement mon expérience ici, mais aussi notre objectif collectif de vaincre contre vents et marées.

Birthright Armenia offre aux jeunes Arméniens de la diaspora âgés de 21 à 32 ans la possibilité de se connecter à leur patrie ancestrale. Les participants à notre programme s'engagent à effectuer au moins 30 heures de volontariat par semaine pendant une durée minimale de 9 semaines et maximale d'un an. Pour les participants de plus de 25 ans employés à plein temps, nous proposons le programme Birthright Lite, qui implique un volontariat de 4 semaines seulement.

check
Le message a été bien envoyé
close
check
close
check
Merci de vous être inscrits à notre newsletter
close
check
close